jeudi 15 novembre 2018

Créations humaines & trésors de la nature à la galerie Matières d'Art

La galerie d'Art et Décoration Matières d'Art, sise au 2 de la très tranquille rue de Franche-Comté dans le 3ème arrondissement à Paris, se découvre comme toutes les choses rares et précieuses, par un heureux concours de circonstances. Ou il faut connaître le lieu, être, en quelque sorte, averti-e de l'imminence d'un te-à-tête avec le merveilleux.

Déjà, s'arrêter devant ses deux grandes vitrines où des bien jolies choses comme des figurants aux faciès, corps et matières variés s'exposent, c'est partir en voyage. Et pousser la porte d'entrée – avancer puis fermer derrière soi – c'est se dépouiller de sa précipitation rituelle quotidienne et plonger, sans annonce, dans une atmosphère enveloppante, douillette, cosy. Ici, chacun-e progresse sur un sol pavé de couleurs, accueilli-e dans des murs apaisés tirant sur le jaune safran.

Parmi les matières brutes, "blocs" de roches de la taille de deux mains matures réunies ou minéraux d'une fragile délicatesse car presque aussi petits qu'une tête d'épingle – produits de la nature aux couleurs "irréelles" –, il y a d'autres matières, celles-là sont ouvragées, polies, sculptées, vernies, cuites, peintes, incrustées, des matières d'arts – fer, grès, argile, acrylique, bronze, verre, papier, bois – travaillées.


Ici, le visiteur, la visiteuse, se retrouve cerné-e par la beauté qui émane de la rencontre entre les objets issus du labeur artistique de joailliers, de sculpteurs, de dessinateurs, de peintres... et ceux issus de la nature, de ses plateaux désertiques, de ses sols volcaniques, de ses fonds marins, de ses flans de montagnes. Ici, la visiteuse, le visiteur, fait l'expérience de l'évidente présence d'un rapport esthétique particulier à la matière naturelle, vierge de tout contact qui aurait pu la souiller. En de nombreuses pierres, toutes singulières, elle se dévoile rugueuse, puis grumeleuse, puis lisse, striée, anguleuse, puis arrondie. 

Pièces fabriquées ou collectées – observées, choisies et apportées des quatre coins du monde par des globe-trotters et des passionnées-és –, tout est à portée du regard, sagement entreposé. Comme dans un cabinet de curiosités, chaque œuvre est ici soigneusement étiquetée et montrée de la manière la plus appropriée, sur son socle, sa vitrine, son étagère. Dans cet ensemble hétéroclite savant, le regard fait de multiples petits bonds, passant d'une pièce à l'autre, conservée et révélée – chaque fois –  dans son écrin de verre, de tissu ou de bois, seule ou accompagnée. Et ainsi, l’œil détaille, avec ravissement et curiosité, les camaïeux improbables de blancs laiteux, opalescents, translucides ou irisés, les déclinaisons insolentes de bleus, de rouges, de verts, de bruns , de jaunes – de l'ocre au soufre.

À chacun, chacune, bercé-e par la mélodie aqueuse d'une fontaine intérieure, de trouver en ce lieu, maintenant ou plus tard – mais sûrement –, le trésor de la terre, la pièce d'art, avec laquelle dialoguer, entrer en relation de fascination amoureuse. Pour ne pas se laisser submerger par l'étrange langueur de la suspension du temps, il convient d'arpenter naturellement la galerie, ou, tout au contraire, d'une manière hiératique ou quasi enfantine, en butinant des yeux les pistils étincelants des gemmes et des objets de création


La galeriste qui favorise passionnément le dialogue entre l'art de la Nature et la création humaine, peut être tout à la fois guide, collectionneuse, marchande et conteuse d'histoires où le Zircon courtise l'Howlite, où la Labrodorite surprend l'Ammonite brute opalisée en compagnie de la Zoisite rubis et où la Sodalite s'ennuie de l'Aventurine rose. Par exemple... C'est un voyage dans la nature généreuse duquel il est possible de rapporter avec soi un souvenir unique.

Pour ma part, je rapporte de ma première échappée belle en ce domaine, lovés dans ma mémoire rétinienne  :
- la masse impressionnante d'une paire d'ailes noires ;
- des éclats rocheux gris argent, brillants traversés d'or ;
- la rondeur expressive à l'air bonhomme d'une poterie en argile ;
- un peu de la transparence miroitante du verre raffiné ;
- et des graphismes circulaires ou alvéolaires, volontiers répétitifs  – hypnotisants.

Matières d'Art me semble être tout cela... et bien plus.

© ema dée

1 commentaire :

Ema Dée vous remercie de votre curiosité et de votre visite. À bientôt !