dimanche 28 avril 2019

P comme les Pluies diurnes

Les matins de pluies
Aux odeurs fraîches du jour 
Détrempé
Dans les chemins silencieux

La terre est noire l’herbe a foncé
Le brillant d’un abri en bois
Ma maison ruisselle.  


Pourtant la tournée des poules 
grasses
Suite de taches grises chinées de noir chiné 

de blanc
Le gai toupet rouge percé d’une bille
D’onyx cernée de souffre
En avant !
Le sol fourmille de visiteurs.


Tous les matins de pluies
Les racines noueuses
Vernies
Les feuilles pesantes
Le métal glougloutant
D’une gouttière
Un banc aux fesses humides
La chaussée est prudente.

Pourtant
Des cris surexcités
Sur les trottoirs lustrés
En bottes vertes rouges 

Dans les flaques boueuses 
Bleu sale
Les jeux de fortune aux genoux

Tout crottés
Des enfants pris d’impatience !

Un ballon a traversé la route
Dangereuse diagonale !
Les baleines récalcitrantes d’un parapluie
grotesque

Crissements : un ciré s’affaire !
Une vieille encapuchonnée
Sac en plastique d'apparat

Une jupe blanche - distraite 
Explosion de gouttes noires ! 
Au râle confus, des rires.
 
On attend le car

Dans le dernier virage
Les vitres familières
Bonds suraigus cris de sauterelles 
Enfin la sortie !...


La pluie. Comme j'aime la pluie en ville, depuis l'enfance..



À l'âge adulte, on rigole moins. On réalise vite que la pluie miracle en été dans certaines régions au climat sec   peut rapidement devenir une véritable gêne : ralentissement de la circulation, dangerosité des déplacements de groupes d'enfants sur la chause, infiltrations dans le métro, flaques, inondations. C'est toute une mécanique qui est grippée, un microcosme urbain qui prend l'eau ! La ville fuit, le quotidien dégouline. 

Mais le rideau de pluie fine par temps bleu, 
Mais le clapotis dans les alcôves lacustres, 
Mais le déluge en plein soleil...  

Au réveil, juste avant de commencer la journée, le matin est comme apaisé, gourd et il sent, et le soir, ou plutôt, dans la nuit, quand tout le monde est endormi, à part soi et quelques autres insomniaques anonymes à l'abri derrière leurs volets, hypnotisés par les ondes, la pluie gaine l'atmosphère, elle devient particulière, les sons sont plus intenses, et quand la pluie s'arrête, on les perçoit mieux, plus, le bruit solitaire d'une automobile perdue, le silence qui vient après, la sensation de vide autour de soi et la terre alentour qui sommeille...

C'est comme entrer dans un autre temps... réservé.

Une tentative de se mettre en récit poétiquement et qui fait suite à d'autres tentatives successives, à découvrir ici.

  © ema dée

mardi 23 avril 2019

Un Master pour devenir écrivain ? : ce qu'est la formation et ce qu'elle n'est pas...

Longtemps, pour moi, je pense, surtout durant l'enfance et l'adolescence, le livre existait en soi, sans créateur, ni diffuseur, le livre était là, en bibliothèques ou chez moi, je le lisais parce qu'il était disponible et, il fallait lire ! Suivre le cursus du Master en Création littéraire* a représenté une manière d'entrer dans la fabrique de l'écriture, de l’œuvre livresque et dans celle d'autre chose, de moins immédiatement tangible, non quantifiable : soi. 

En filigrane, il a été question pour moi de parcourir le chemin qui relie, dans le réel, l'écrivaine à l'écrivante puis à l'auteure. Je suis toujours en chemin.


Être écrivain/e, devenir auteur/e ?

Vouloir expliciter ce qu'est et ce que n'est pas la formation universitaire en Création littéraire passe par une distinction, toute personnelle à vrai dire

Je fais une différence peut-être est-elle formelle ou artificielle ? —, entre être écrivain/e et être auteur/e.  D'une manière schématique et prosaïque, l'écrivain écrirait. Soit. Ainsi, nous serions nombreux, très nombreux même, à entrer dans cette catégorie. Avec un style, un propos, un/ des genre/s littéraires de prédilection et l'intention d'être publié/e ? Le nombre se réduit. Forcément. L'auteur/e, quant à lui/ elle, serait celui/ celle qui est édité/e, dont l’œuvre est acheté/e, lu/e et qui reçoit en contrepartie, une rémunération en droits d'auteur/e. Il y a déjà beaucoup moins d'élus-es. Les "droits d'écrivain/e" ? Je crois que cela n'existe pas au regard de l'Administration fiscale

L'auteur/e correspondrait toujours à mon sens à celui/ celle qui peut également exercer une autre activité, dans la création graphique, par exemple. L'écrivain travaillerait, par nature, avec les mots seuls ; l'auteur composerait, pour sa part, en plus et via ses œuvres, avec le champ de la Littérature et/ ou de l'Art. Par conséquent, entre l'écrivain et l'auteur, existerait une sorte de pont représenté par la divulgation de l’œuvre "achevée".

Naturellement, cette distinction ouvre sur une présentation du Master en Création littéraire sous un angle particulier et très personnel. Mais avant d'y venir, il me semble important de (re)préciser ce qui motive ma rédaction de plusieurs "chroniques rétrospectives et thématiques". Elles sont diverses, voici les principales : 

— La remise des diplômes à laquelle j'ai été conviée à l'UCP* en mars dernier, avec les autres étudiants-tes de ma promotion, fut un grand moment de joie personnel et collectif. Elle est venue néanmoins clore un chemin. Le temps passe vite et une expérience en chassant rapidement une autre, écrire me permet de faire de ce moment, une véritable étape, quasiment, de le sacraliser

— Mes centres intérêts, recherches et productions actuelles s'intéressent à la mémoire individuelle, à l'archivage, aux récits de soi... Ce geste de partage est donc caractéristique de ma démarche. Il inscrit ce parcours universitaire dans une histoire que je peux consulter après coup, pour me remémorer et me dire : ça a existéJ'y étais !

Chaque diplômé/ e a déjà commencé une autre vie, celle de l'après Master. La formation  suit son chemin aussi. Dans ce mouvement vers l'avant assez naturel et inéluctable où il peut arriver que de "grands" événements éclipsent les petites réussites et destinées particulières, j'ai ressenti très fortement le besoin de réfléchir à mon propre cheminement et potentiel créatifs. Avec cette interrogation prégnante et douloureuse : est-ce que je fais partie de la meilleure saison ?

— Pour finir, je crois que, depuis toujours, je cultive une certaine curiosité pour les expériences parallèles, les voix/es d'expressions alternatives, les  trajectoires d'outsiders. Je les vois sans dout à tort ou à raison comme les lieux du renouvellement des idées, des pratiques et de la prise de distance. C'est pourquoi c'est davantage un voyage dans une formation ponctuée d'étapes et de visites de "sites" que je propose ici, plutôt qu'un compte-rendu très structuré.
  
Pour un tour d'horizon "pragmatique"

Je m'aperçois, quand j'en parle autour de moi, que le Master en Création littéraire est une formation peu ou mal connue. Je peux objecter d'emblée  : mais qui connaît l'ensemble des cursus Bac +5 que proposent les université en France ? Chaque nouvelle formation créée a son propre parcours, sa genèse, en réponse aux évolutions et exigences du Marché de l'emploi, des logiques de déplacements des hommes et des femmes, des besoins de la Recherche scientifique...  

Dans le cas de ce Master, cela peut s'expliquer de la manière suivante : il est proposé par un petit nombre d'universités. D'autre part, cette formation/ mention qui concerne davantage l'écriture et non les Lettres , est récente. Enfin, le fait d'apprendre à écrire, ou autrement dit, de mettre l'écriture à la convergence des enseignements suivis à l'université et parfois, en écoles d'Arts (séminaires, ateliers, stage, mémoire), est assez nouvelle, novatrice, oserai-je dire, sociétale (voire politique)La création de l'Atelier d'écriture créative (Creative writing) puis du DU a constitué la première étape de cette lente (r)évolution ; celle du Doctorat en Théorie et Pratique en Création littéraire (ou Doctorat en Création littéraire et artistique), son point de développement ultime (?)

L'intitulé du parcours change en fonction de l'université, mais qu'il s'agisse du cursus d'Aix-Marseille, de Toulouse-Jean Jaurès, du Havre, de Paris 8 (site Saint-Denis) ou de celui de Cergy-Pontoise, l'offre proposée est notamment d'écrire pendant deux ans. Plus précisément, c'est un accompagnement dans la réalisation d'une œuvre littéraire quelle qu'elle soit. Il engage, en sous-texte, une réflexion sur l'acte d'écrire chez les autres (écrivains-es, étudiants-es) et dans son propre travail : manière d'écrire (stylistique), réflexion sur ses processus de création (autopoïétique), étude de genres littéraires, art du discours...

Pour y parvenir, c'est-à-dire, fournir à l'étudiant/e, à l'issue de deux ans, le bagage suffisant (théorique comme pratique) pour lui permettre de publier des écrits littéraires s'il/ elle le souhaite, chaque université a son propre programme, ses stratégies. Plusieurs points communs cependant : l'accès à l'étude (critique) de textes contemporains, la réflexion sur le rapport qu'entretient la littérature/ le littéraire avec les autres arts notamment les Arts visuels et les Arts du spectacle, la participation à des Workshops*/ Masterclass avec des auteurs (romanciers, scénaristes, compositeurs de musique, dramaturges, poètes...) et une place importante accordée aux retours collectifs sur les textes produits (selon des modalités diverses). 

Un voyage en terre intestine, cérébrale et humorale 

 La distinction écrivain/ auteur qui a introduit ce 2nd article permet de mieux appréhender  ce qui suit. Le Master en Création littéraire offre me semble-t-il, à l'écrivant/e ou l'aspirant/e à l'écriture publiée et reconnue, les conditions favorisant l'émergence ou la consolidation d'une personnalité, d'un style, d'une œuvre littéraires. Quand bien même l'une et l'autre s'éveillent, se révèlent, se réalisent parfaitement, bien après la fin du cursus universitaire. Il n'y a ici aucune prescription, seulement des rêves, des attentes, des ambitions. Du travail et de la concentration. Beaucoup. Et de la sincérité.

À la veille de mon entrée en formation (Master 1, Le Havre*), j'écris plutôt des textes dits "brefs" ou des articles en ligne relevant d'une intention journalistique. Écritures du fragment et de la réflexion qui vont de pair avec ou s'expliquent par leur lien avec l'Image (carnets de recherches, petites séries graphiques, reproductions, photographies) et l'objet livre. Un mariage délicat entre errance et programme, temps et intention : un dialogue sans cesse in(res)stauré entre les mots et les images.

Mon ambition, mon désir ? Peut-être que j'aimerais mieux écrire sur les œuvres d'Arts ... j'aimerais mieux dire/ raconter mes souvenirs... j'aimerais créer des abécédaires, lire à voix haute... j'aimerais vraiment avoir le courage de démarcher un éditeur? ... Suis-je prête à écrire/ finir une œuvre littéraire, voire plusieurs ? C'est à cette question aussi que la formation m'a permis de me confronter. Parce que pour réussir et se maintenir dans une dynamique de création-édition, il est bon de se préparer à l'échec, à la réécriture, au ptinement — à la patience  ! : faire cents fois son ouvrage. 

Le Master en Création littéraire fait, dans mon cas, le lien entre l'être écrivaine et le devenir auteure, sous le mode du questionnement et de la recherche-création : avoir un début de récit augure-t-il une belle fin ? Un bon sujet amène-t-il une œuvre conséquente ? Le style fait-il tout ? Qu'est-ce que le style ? Cela s'apprend-il ? Comment se mettre au travail ? Faut-il lutter contre les pannes d'inspiration ou contre les idées en faisceaux de projets emboîtés, créer des digues  ? Quel statut donner aux images ? Comment les intégrer à une narration ?...  

Plus concrètement, le Master a é un terrain d'expériences d'écritures plurielles, l'occasion de dire mes textes face à un public identifié (mais pas forcément averti ou conquis), d'avoir des retours immédiats (exprimés en mots ou en gestes), et surtout, l'essentiel, de bénéficier d'un temps pour réfléchir à un ou des projets d'écriture possibles ainsi qu'à une orientation professionnelle intégrant mes qualités rédactionnelles, littéraires et artistiques. 

Ainsi, il me semble que la formation vient prendre l'étudiant/e là où il/ elle en est. Elle lui propose, à la faveur de diverses situations pédagogiques, prévues ou exceptionnelles, de déplacer sa pratique d'écriture, d'écrivain/e ou d'auteur/e, la faire émerger ou la chahuter, dans la contrainte d'une formation diplômante. (À chacune, à chacun de choisir ensuite la voix/e d'écriture(s) qui soit lui ressemble le plus, soit répond le plus à ses objectifs professionnels et personnels.)

Quelques précisions terminologiques :

- "Master en Création littéraire" pour "Master 1" ou "Maîtrise en Lettres et Création littéraire contemporaine" (Université du Havre) et pour "Master 2 Métiers de l'Écriture et de la Création littéraire" (Université de Cergy-Pontoise) ;
- "Le Havre" pour "Université du Havre" ; "UCP" pour "Université de Cergy-Pontoise".  

Prochain sujet d'article et de réflexions probable : pour une hygiène de l'écriture...  (À suivre) 

Un retour d'expériences qui commence ici. 

© ema dée