https://nsm09.casimages.com/img/2019/02/24//19022407010214387616133952.pnghttps://nsm09.casimages.com/img/2019/02/24//19022407010314387616133956.pnghttps://nsm09.casimages.com/img/2019/02/24//19022407010314387616133953.pnghttps://nsm09.casimages.com/img/2019/05/18//19051811441314387616242579.pnghttps://nsm09.casimages.com/img/2019/02/24//19022407010314387616133954.pnghttps://nsm09.casimages.com/img/2019/02/24//19022407010214387616133951.png


samedi 18 mars 2023

Des nouvelles en couleurs de ma création de livres d'artiste

Chères toutes, chers tous,

Je vous présente l'une de mes dernières créations dans le registre des livres d'artistes - livres uniques : Des taches dans mon mouchoir. Cette création originale proposant une lecture fragmentée de mon rapport à la couleur à partir de cahiers, est conçu comme des archives. Le boîtier en papier cartonné noir sans couvercle contient et expose. En effet, on peut voir la tranche de chaque cahier et l'on peut s'en saisir à l'envi, directement. Les cahiers au nombre de 13 sont reliés, ils sont de format carré et contiennent chacun 6 pages...

... L’œuvre est une invitation au feuilletage et à la manipulation délicate : après une couverture ajourée, se dévoilent tour à tour un poème-liste imprimé, un dessin au feutre sur papier calque, une oeuvre picturale à l'encre aquarelle sur un mouchoir et un mot écrit au feutre, en rapport avec la couleur dominante du cahier...

 
... L'idée, l'intention ? Rassembler plusieurs approches de la "couleur", le noir étant ce fil directeur et cette articulation visuelle entre les pages. 13 cahiers, 13 couleurs dont le rose,  le jaune, le bleu, le vert, le violet, le brun... le noir, le blanc...

L'approche est sensible, émotionnelle, tactile... plongeant ses racines dans les souvenirs qui viennent éclore à la surface..

@ema dée

lundi 13 mars 2023

Mon affiche pour "l'Impro Des Cinés" qui louche drôlement : petits rappels et grands visuels

À mon grand regret, je dessine trop rarement en ce moment. Aussi, dès que je peux produire une image, j'en profite pour laisser une trace de ce travail sur mon blog. Aujourd'hui, il s'agit de laisser une trace d'un travail graphique fait pour un contexte particulier : L'impro des Cinés.

Au fait, c'est quoi L'impro des Cinés ?

L'impro des Cinés est une invitation à créer sous la forme d'un défi graphique ouvert, imaginé par l'illustrateur Thomas Cloué. Cet événement artistique amateur résonne avec la Journée nationale du Cinéma Indépendant. Une journée fêtée le 3 décembre, en France, en faveur du maintien, de la reconnaissance et du soutien aux cinémas indépendants et aux salles de proximité, dans un paysage de plus en plus occupé par les salles multiplex.

Mon affiche L'Impo des Cinés. Encrage. 2023

Défendre ces petites salles, c'est oeuvrer pour garantir une diffusion plus longue de films d'art et d'essai qui ont moins de chances, voire pas du tout, d'être projetés dans les grosses salles de cinéma. C'est aussi faire en sorte que se maintienne une offre de films diversifiée, moins faciles d'accès parfois. Car qui dit cinéma indé dit film indé. Le film proposera une fiction autour d'un sujet rare, adoptera un certain point de vue servi par un langage cinématographique particulier, expérimental, sobre, fauché (une histoire narrée caméra à l'épaule, une image surprenante, un grain inédit, un casting d'acteurs non professionnels ...) Le cinéma indépendant se définit ainsi par son propos comme par la forme de son propos, d'autres diront par son public cible — une élite de privilégiés.ées et/ ou d'"intellos". J'aime à penser, au contraire, que le public du Ciné indépendant reste à conquérir et se redéfinit chaque année... 

Mon affiche L'Impo des Cinés. Mise en couleurs. 2023

L'enjeu du défi graphique, pour sa part, est de proposer chaque année un petit ensemble de fictions originales représentées, avant tout, par une affiche unique et inédite. Autrement dit, c'est le rendez-vous de l'année qui autorise chacun.e à produire une affiche dans la contrainte d'un thème, selon sa sensibilité, et d'inventer le film particulier qui va avec. Et, à chaque année, son thème.

Voici l'invitation lancée pour la Journée du 3 décembre 2022  :

"Quel est le point commun entre Eddie Murphy, Arnold Schwarzenegger, Jet Li, Jim Carey, Drew Barrimore, Will Smith, Tom Hardy, Jerry Lewis...? Réponse : Ils ont tous joué dans un film de jumeaux ou ils ont incarné des personnages souffrant de dédoublement de personnalité. Le cinéma adore ces scénarii joliment alambiqués qui, cependant, sont l'occasion pour les acteurs de réussir une belle performance ou au contraire, d'abîmer temporairement leur talent dans des circonvolutions narratives et visuelles improbables.

Pour la Journée du Cinéma indépendant, voici chers vous, votre défi :
Imaginez un film de double accompagné de son affiche et redorez le blason des films où l'on louche joyeusement.
Pour la Journée du Cinéma indépendant, voici chers vous, votre défi :
Imaginez un film de double accompagné de son affiche et redorez le blason des films ou l'on louche joyeusement."
 
 Mon affiche L'Impro des Cinés. Version finale. 2023
 
Pour voir l'ensemble des propositions de cet événement graphique, cliquez sur le lien suivant : https://improzine.blogspot.com/search/label/FIDC%20-%20Festival%20Impro%20des%20Cin%C3%A9s
 
©ema dée

vendredi 3 mars 2023

Du 12 au 19 mars, les autoéditions d'ema dée sont au Petit Salon à Champlan (Essonne)

Très contente de participer au 2ème Petit Salon organisé par Chantal Trubert et la Galerie Aller Simple du 12 au 19 mars 2023 à Champlan. Un troisième rendez-vous dans mon parcours artistique d'autrice indépendante. Je présenterai mes autoéditions, surtout, mes trois derniers titres parus entre décembre 2022 et janvier 2023 : In The Black Trees, Médaillons pop et dans la collection Horlart, Un bestiaire sage.

Les images originales de mes livres, dessins et illustrations, seront de sortie aussi. Je les montre et les présente chaque dimanche, sur demande.

Ouvertures de 12h à 20h, dimanche 12 mars et dimanche 19 mars

Un brunch est proposé chaque dimanche : une occasion gourmande — idéale pour regarder les petits fours et manger des livres !

 Et jusqu'au 19 mars sur rendez-vous. 

Contact Galerie Aller Simple : Catherine TOPALL  au 06 60 82 33 83

@ema dée @chantal trubert @galerie aller simple

vendredi 24 février 2023

Situation plastique n°6 : Faire des visuels pour un "sujet imposé"

L'un des défis de mon année 2023, produire, produire et produire encore, afin de pouvoir mettre en place et en œuvre de nouveaux projets d'édition comme de nouvelles collaborations. Produire des textes, produire des images, produire des objets — et pas forcément dans cet ordre-là. 

Comment s'y prendre ? En faisant feu de tout bois ? En triant les événements sur le volet ? En se jetant sur tout ce qui vient ? Et faire avec la spirale de l'épuisement ?   Et que dire de ces journées qui ne sont faites que de 24 heures ? Comment gérer, justement ? Faut-il toujours jongler entre les attentes d'un travail chronophage, les contingences quotidiennes et l'espace intime de la création ?

Le travail chronophage devait être la base sur laquelle édifier l'espace intime ; pour le moment, l'espace intime est rejeté en dehors de la Sphère. L'espace intime est infesté de contingences sporeuses. Du coup, les coutures qui tenaient ma personnalité dans mon corps jusque-là commencent à craquer. Le corps, régulièrement, devient cotonneux. L'espace intime est comme menacé de fragmentation et de dissémination. Comment se fabriquer une nouvelle peau, plus versatile, adaptable, étirable selon les situations ? Le peut-on ? Le doit-on ? Et à qui ?

-------

Heureusement, les invitations — comme des fenêtres ! En attendant la fin de la mue — le crâne s'effilochant périodiquement en plaques prospecter le dedans, armée de son imagination. 

Je reviens ici sur deux créations réalisées conjointement pour deux situations bien différentes aux mois de janvier et février. Une des réponses à mon "Comment gérer ?" est de décider en début d'année de valoriser au fil de mois, autant que possible, un travail que je mène depuis longtemps, volontairement sans étiquette sans cadre défini sans objectif clair. Dans un seul but, celui d'explorer dans tous les sens la "matière" de ce sujet, toucher du doigt ses sous-entendus, atteindre ses recoins : la Femme, la féminité, le corps féminin — et tout le reste. 

1) Femme Vie Liberté

Contexte. Une femme s'approche de mon stand au Salon SoBD en décembre 2022. Elle patiente,  longtemps, car une cliente volubile et enthousiaste occupe tout l'espace de l'échange. Finalement, un mot est dit et une brèche se présente : elle rejoint la conversation. Puis, enfin, elle a l'occasion de s'exprimer : en fait, elle soutient la cause des femmes iraniennes et dans ce but, elle cherche des artistes susceptibles de soutenir un propos, un combat, insuffler un espoir et une réflexion, en images, en mots — en actions poétiques — faire lien(s) avec l'Iran.

Je ne me sens jamais prête pour les occasions qui viennent du dehors.  Je ne suis jamais préparée au sujet "imposé". Mais la demande est faite, je me pose la question : Que dire ?  De bien, d'affûté, de tranchant ? Tous les morceaux de mon espace intime — épars — cherchent à se resolidariser. Pour plaire. Plongée dans l'angoisse d'une négociation avec moi-même : je ne fais pas dans le dessin politique. Il convient alors de faire le tri entre tout ce qui vient d'inutile et le reste, afin de trouver le propos juste. Longtemps, le rien occupe le vide dans mon cerveau, mobilisant toute ma volonté de dire. 

Et puis, il y a le Grand Autre, celle/ celui qui a déjà tout dit et tout bien dit, c'est la référence tutélaire écrasante et inhibante. L'artiste-roi, Totem ! L'artiste - matrice, la toute - présence Artiste me poignarde : Ah ! l'aiguillon pointu de la comparaison. Pour autant, il faut se mettre au travail dans, comme on aime tant se murmurer à soi, un projet plus grand que soi.

Jeter les idées en pagaille sur sa feuille de carnet de croquis, à partir d'une intuition : la légèreté, le mouvement, la grâce. Esquisse d'une première idée : des femmes volantes et des lettres calligraphiées et enveloppantes. Convenu ! Esquisse d'une seconde idée : des jambes, des jambes noires, des jambes à motifs noir et blanc, des membres dodues pour dire tout le Corps féminin — des jambes de nageuses pailletées, comme dans les comédies musicales. Convenu ! Esquisse d'une troisième idée : contre l'emballement du corps des femmes iraniennes, contre le carcan social et religieux, peut-être en contre-offensive, un vent de liberté de mouvement et des mœurs : la chevelure à l'excès  façon Drag Queen follement haute et follement exubérante. Merci Priscillia folle du désert, je t'adore ! Mais il y a aussi les figures de la Grâce, des femmes complices allant par trois dans les tableaux de la Renaissance et du Classicisme... 

Et puis, ensuite, les outils. Lequel pour proposer un propos affuté ? Chercher le bon. Craquer pour la mixité : ce sera par conséquent de l'encre Ecoline associée à du crayon de couleur, rehaussée avec un marqueur or, soulignée par des feutres noirs et de couleur, valorisée par des collages faits main. 

Contre l'effacement idéologique du corps, je propose la folle matière de la vie !

2) Carabosse, revue à sensibilité féministe et poétique

Créer des images pour des couverture ? Un rêve ! Qui plonge ses racines  dans mon adolescence. J'ai découvert l'Art moderne grâce à la collection Poche de Gallimard.  René Magritte, Hans Bellmer, Salvador Dali, Marx Ernst, André Breton, Tamara de Lempicka... J'ai découvert des mouvements comme le Symbolisme, l'Art naïf, tout l'Art du 19ème dans des couvertures ! Aujourd'hui, mon intérêt pour cette accroche du livre demeure intacte. Je veux en être. Et la Presse ! Le Dessin de presse ! Un autre rêve qui tremblotte devant mes yeux comme un mirage. Enfin, la poésie. Nul besoin d'écrire de la poésie pour être poète... paraît-il ? La vie peut être un poème fleuve, un geste peut devenir un haïku... paraît-il. Faire de l'acte de dessiner un poème ?... Alors, rêvons ! et au travail !

Aussi, l'appel à création de la toute jeune revue de poésie dirigée par Élisa Darnal et Adeline Miermont - Giustinati a été comme un pont. Proposer un visuel pour la couverture du n°2 de sa revue baptisée Carabosse. Le thème de ce numéro, "L'humour au féminin", m'aura immédiatement inspiré un grand éclat de rire.

 
J'écrirai ceci aux éditorialistes - rédactrices en chef :

" L'idée a pris du temps pour se concrétiser car je pensais au départ proposer un visuel plus "abstrait", moins figuratif, car c'est souvent ce genre de travaux qui accompagnent les textes poétiques. J'ai réalisé cependant que ce n'était pas vraiment ce qui me représentait le plus, et surtout, ce n'est pas de manière abstraite que j'ai réagi au texte donné dans votre appel à création. Finalement, mon fil directeur aura été cet interdit longtemps posé aux femmes de ne pas montrer leurs dents, au risque de paraître vulgaires. L'envie de montrer un grand éclat de rire... au risque de la disgrâce !"

©ema dée

dimanche 29 janvier 2023

Le livre en autoédition "In The Black Trees" est disponible !

Le projet In The Black Trees présenté en avant-première lors du Salon SoBD, qui s'est tenu en décembre dernier à la Halle des Blancs Manteaux, est enfin disponible. Avec Du couple moderne et Médaillons Pop, ce recueil propose une valorisation de dessins et d'illustrations en noir et blanc. Ensemble, ces trois livres composent un triptyque dans lequel je m'autorise à utiliser une écriture plus personnelle, à la fois poétique et autofictionnelle, qui, pour émerger, puise volontiers dans des expériences plus intimes — enfantines et adultes. 

Déposé comme les autres livres à la Bibliothèque nationale de France au titre du Dépôt légal, cette nouvelle autoédition vient clore un premier cycle de création livresque. Il aura commencé en 2019 avec la publication du texte poétique, La femme polymorphique, lecture performance mise en pages et en images. (Extraits de filles (microédition, 2013) et Peurs, Images & Textes (Blurb, 2014) auront été deux galops d'essai d'importance, en amont de ce cycle.)

Et après ? me demanderez-vous. L'année commence avec le dess(e)in d'une ligne de travail et de conduite, une double trajectoire personnelle et professionnelle :

— celle consistant en la valorisation et la diffusion plus large (via des canaux différenciés, je l'espère) de ce triptyque et des 7 livres de la collection Horlart ;

— et la mise en chantier de nouveaux projets d'éditions mettant plus en avant des formes expérimentales (fanzine + livre d'artiste) et l'illustration d'écrits célèbres, chers à mon cœur.

Retrouvez In The Black Trees sur ma page Auteur, en cliquant sur le lien fourni : https://www.thebookedition.com/fr/in-the-black-trees-p-393830.html    

Retrouvez une présentation de ce projet ; il vient lui-même prendre sa place dans une recherche-création plus ample concernant ma relation à l'Arbre, comme motif et source d'inspiration. Le lien est ici : http://www.lehorlart.com/2022/10/202210des-textes-et-des-images-d--arbres-dans-un-recueil-en-autoedition.html.html

©ema dée

samedi 28 janvier 2023

Le retour du dessin sur papier, enfin !, avec "Mes Voeux" pour l'année 2023

Ma vie H24

Le quotidien dédoublé

La plupart du temps, enseignante en arts plastiques

Pas suffisamment longtemps ni amplement, artiste plasticienne, illustratrice, autrice

Les textes d'épuisement forcément 

Fragmentaires

Tels une architecture de sable

Les images —  griffonnages d'une pensée

Jamais au repos 

Agitée de rebonds 

Amas d'idées informes 

Rétives à  la formulation

Dans le maelstrom  —  une bouée !

L'instant anniversaire — tentative d'ancrages

À toutes et tous, chers souhaits — vos désirs accomplis

L'année juste éclose s'effeuille à hautes

doses

À toutes et tous, mes Voeux en pleine pupille

Composés à l'arrache 

Les pensées profondes viendront d'ailleurs

En attendant mieux —  il faut qu'il vienne, il viendra

La couleur et la rondeur  de 23 drôlesses !

©ema dée