samedi 12 janvier 2019

Résolution n°8 - 2019 : Relever des défis créatifs !

En route pour le calendrier 2019 : le collectif EmaTom s'amuse du Fait divers !

L'année 2018 tire à peine sa révérence que déjà 2019 entre en scène pour chacune, chacun, avec son lot de résolutions

  Mois de janvier (en cours)

Le collectif EmaTom (Ema Dée + Thomas) remet le couvert comme chaque fois depuis maintenant trois ans et se penche, dès à présent, sur sa principale résolution : faire de chaque calendrier réalisé une belle occasion de collaborer. D'une année sur l'autre, chacun des membres est placé soit à l'écriture soit au dessin. Ainsi, rituellement, EmaTom se (re)met au défi.  Et qu'il faille écrire ou dessiner, le défi est à la fois semblable et différent au gré des thématiques et des clins d’œil : se réinventer. 

Le calendrier final est le résultat de cette collaboration qui progresse et se modèle grâce à de nombreux échanges sur les textes et les images (et parfois sur leurs mises en couleurs). La thématique des calendriers successifs est fixée de manière arbitraire, mais résonne forcément avec l'univers ou les envies d'expériences graphiques et littéraires de l'une et de l'autre.

Dans le calendrier 2018, EmaTom a pris le parti de proposer un horoscope "chinois" revisité ; la revisitation des genres connus est très certainement l'un des points de convergence des envies et des idées du collectif. Cette année, il s'intéresse au Fait divers (ou fait-divers).  Constituant une rubrique fourre-tout baptisée aussi "chiens-écrasés", il s'agit généralement d'événements tragiques, crimes, accidents, larcins... relatés dans la presse.

  Mois d'octobre (en cours) 

En soutien de ce nouveau sujet, placée au dessin, je suis invitée à m'imprégner de ce qui se (s'est) fait en matière de mise en images de faits divers imprimés. Je me penche avec le plus grand intérêt sur le travail du dessinateur de presse et de bandes dessinées Angelo Di Marco ainsi que sur la Une de journaux tels que Les faits divers illustrés, L’œil de la Police, Le petit parisien (ou Le petit journal), Vécu : 100% véridique ou encore,  Qui ? Police...  
   
Ce projet inédit commande de créer des petites "scènes de genre" quotidiennes sur un ton tragi-comique, en harmonie avec les textes - résolument brefs - rédigés par Thomas. Ces scènes que j'imagine au fil des jours posent en amont, plusieurs questions. La plus importante est celle-ci : quel moment mettre en images ?  Là où la photographie documentaire capture un bref instant ou plusieurs moments réels d'un événement, que peut proposer le dessin ?  Celui-ci permet, par exemple chez Di Marco ou dans L'oeil de la Police, de mettre en images ce qui a dû avoir lieu, ce qui aurait pu exister ou ce qui a eu lieu mais dont il n'y a pas de trace à part dans la mémoire des témoins, des survivants, ou encore, de mettre en avant un (des) détail(s) particulier(s)...  

https://nsm09.casimages.com/img/2019/01/13//19011312025714387616075087.jpg
https://nsm09.casimages.com/img/2019/01/13//19011308543414387616074808.jpg
Dans chacune de ces alternatives, fantasme ou projection, image mémorielle ou rétrospective, enfin instantané ou vision singulière, il  y a une séquence à choisir. Réducteur mais essentiel, ce point de vue propose une synthèse qui, plus que raconter une histoire, frappe l'imaginaire. Les textes de Thomas ainsi que les indices qu'il me donne sur ce qu'il a imaginé derrière seront donc une aide formidable pour parvenir à trancher entre plusieurs de mes idées.

Créer des images nouvelles, c'est surtout pour moi chercher à adapter mon style graphique et pour ce faire, m'approprier une documentation iconographique spécifique fait partie de ma démarche de création. Via Google images, j'ai à ma disposition un ensemble inépuisable d'archives, soudain vivantes et attrayantes tant par les sujets que par les styles graphiques variés dont elles sont le signe et l'illustration. (Lorsqu'il s'agit d'écrire des textes, je me laisse alors guider par les premiers dessins fournis par mon camarade de création sur le sujet retenu.) 

L'étude de mon corpus d'images de référence soulève aussi des interrogations esthétiques le choix de "cadrage" d'une scène représentée (ou sa théâtralisation), le dessin de personnages à l'arrêt, le rendu de "décors" caractéristiques... 

Mois de novembre (en cours)

Par conséquent, le calendrier 2019 d'EmaTom entend proposer une vision à la fois singulière, référencée et amusée d'un genre narratif appartenant à la(sa) culture populaire. Un trait d'humour noir qui fera grincer des dents, peut-être... sourire, on l'espère ... À découvrir bientôt !

EmaTom aime s'autopromouvoir : pour découvrir ses premiers méfaits créatifs, c'est ici

Merci pour votre curiosité ! 
 
© EmaTom © thomas © ema dée

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Ema Dée vous remercie de votre curiosité et de votre visite. À bientôt !