lundi 15 avril 2019

A comme Animalités vives

La nuit écourtée
Déplie ses vies alternatives
Le réveil aux draps pesants
Balaie tout
À peu près

Courir bondir
Avant la marche la reptation
L’envers de mon corps
Projeté en toute hâte

La fièvre ? 

Conclure à vive allure
Le mystère de la distance
Entre la molle falaise
et le savant précipice
L’âme ivre —  terriblement

/

Ivresse de la grande vitesse
Animale extase du soi l’asticot gesticulant 
Vivre - À la hâte !

/

Mais si bien en soi
Ancrée comme chez nulle autre
Close - en sa demeure
L’ivresse du bonheur
Entortille les doigts —  maculés de désirs

/

Feuler rugir braire
Attendre la parole —  Oser le cri !
L’envers de ma voix
Projeté vers le ciel —  griffu

/

Il est temps
Faire corps net !
Impossible impossible
Il reste toujours des traces
Impossible impossible
Il y a toujours
Des traces —  à l'intérieur.

Une tentative de se mettre en récit poétiquement et qui fait suite à une autre tentative, à découvrir ici.

© ema dée

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Ema Dée vous remercie de votre curiosité et de votre visite. À bientôt !