samedi 28 octobre 2017

Le défi Inktober...

C'est quoi, c'est qui ?


Inktober est un défi graphique à l'encre qui s'étale chaque année sur tout le mois d'octobre depuis 2009. Pour ceux qui ne connaissent pas, voici l'idée en mots et en images, plein !

 
Invention de Jake Parker, il s'agit du cadre d'une création à contrainte à partir de mots,  exercice cher à l'OuLiPo et ses héritiers: une première liste est donnée pour guider et impulser la création journalière ; pour les courageux, une seconde liste est fournie à mixer avec la première. Il est aussi possible de se rajouter une ou plusieurs contraintes personnelles. Avis aux téméraires de la création "bdoulipienne"! Pour ma part, je décide d'associer cette réflexion en images à un thème qui m'inspire en ce moment : les sorcières.



Que dire de cette première expérience ? Produire à partir de mots qui ne viennent pas de moi s'annonce comme un vrai défi. Je me demande en découvrant les inducteurs de Jake Parker ce qui a présidé et précédé leur choix. Comment ont-ils été sélectionnés? Quelle histoire se cache derrière ? Peut-être simplement, ont-ils été piochés au hasard en ouvrant un dictionnaire ?

Comment se débrouiller ? Il faut, je le crois assurément, créer sa propre histoire autour de chacun des termes, trouver un lien. Ils sont ces multiples portes ouvrant sur un univers connu, proche, un peu assoupi cependant qui, soudain, s'agite, se déploie, devenant résolument excitant, prêt à être interrogé, exploité et enrichi...


Écrire sur les mots d'un autre, c'est offrir à cet autre une interprétation inconnue de lui ou se trouver une filiation, créer une connivence. Ou alors,  il s'agit de regarder son propre monde avec des yeux neufs, porter un regard singulier sur ce qui paraît de prime abord anodin, ordinaire, pire inintéressant, galvaudé.

En outre, la contrainte extérieure m'oblige à partir dans de nouvelles expériences et investigations. Par exemple, dans les dessin publiés, apparaît une petite sorcière à l'épée : je n'aurai jamais eu l'idée de dessiner cela de moi-même car l'épée n'appartient pas à mon langage graphique.


Enfin, participer à ce défi me permet à ma façon de rejoindre une communauté d'artistes qui se posent chacune et chacun - dans des proportions variées - des questions esthétiques et de pratique graphique - et s'amusent ! - dans un cadre temporel similaire.

Pour constater l'ampleur de ma tâche, c'est ici.

Une expérience qui s'inscrit dans un projet texte-image qui dure, qui dure...

Et merci pour votre curiosité à toutes épreuves !

© ema dée

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Ema Dée vous remercie de votre curiosité et de votre visite. À bientôt !