jeudi 17 septembre 2015

Des mots pour une hygiène de la violence quotidienne : une autoédition sur la peur


La violence ?  Un beau-père propose à sa belle-fille adolescente de lui frotter le bas du dos.
La violence ? Une enfant de 10 ans roue son meilleur ami de coups de pieds pour s'amuser. Il faut bien que la récréation passe.
La violence? Un médecin prend un patient tremblant de fièvre pour un malade imaginaire.
La violence ? Un huissier assermenté débarrasse la maison de la famille de son surplus de mobilier.
La violence ? On abat un arbre juste pour dégager la vue.
La violence ? Une femme se prend une rouste parce que le dîner du mari n'est pas encore prêt.
La violence ? Du matin au soir, du lundi au dimanche, les travaux du voisin perce et perce encore, les tympans avoisinants.
La violence ? Ici, on voyage par paquets de cents entassés dans un seul wagon, direction l'abattoir.
La violence ? Un usager  reçoit un RER en pleine poire ; c'est l'heure de pointe.
La violence ? Une institutrice néglige un enfant pendant la classe parce qu'il est laid.
La violence ? Une voiture brûle ; c'est dimanche.
La violence ? La terre brûle dans une forêt lointaine.
La violence ? Un patron s'affaire autour de sa secrétaire. C'est jour de fête.
La violence ? Une mère oublie son enfant.
La violence ? 
La violence...

À qui la faute ?

Dans mon recueil Peurs. Images & Textes, j'aborde différentes situations de violences familières. Pour les découvrir et poursuivre sa liste personnelle pour exorciser, avancer, raconter et voir disparaître... la peur. Osez-vous le feuilleter ?

http://www.blurb.fr/b/5201726-peurs
Peurs Images & Textes
Recueil. 102 p. Trichromie. 2014

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Ema Dée vous remercie de votre curiosité et de votre visite. À bientôt !